Atelier de construction AirCrete jour 1 et 2
Atelier

Atelier de construction AirCrete jour 1 et 2

Dec 10, 2017


Nous nous sommes inscrit à un atelier de construction d'un dôme en AirCrete . Celui-ci est donné par Domegaia à 30 participants des quatre coins du monde en collaboration avec la fondatrice du projet d'orphelinat Agathe qui travaille pour Earthship ainsi que son équipe.

L'objectif à long terme est de mettre en place un orphelinat autosuffisant qui fournira de l'eau par la récupération de l'eau de pluie, de l'énergie avec l'installation de panneaux solaires, effectuera le traitement des eaux usées, utilisera nos déchêts en tant que matériel de construction et produira de la nourriture tout cela de façon autonome. Nous voulions faire partie de cette aventure afin de se familiariser davantage à l'intégration des principes autosuffisants au bâtiment.

Nous avions aussi été séduit par la tenue de cet atelier suite au dôme popularisé de Steve Areen construit en Thailande en 6 semaines pour 9000$ et promu sur le site de Domegaia. Malheureusement, nous avons apprit par la suite que ce dôme n'a pas été construit en AirCrete mais plutôt en ciment. Plusieurs participants et nous mêmes avons été déçu par cette constatation.

Finalement, nous étions curieux par rapport au matériel de construction AirCrete, car il est dit qu'on y utilise beaucoup moins de ciment, donc il est moins dispendieux, il est un peu plus soucieux de l'environnement et est à l'épreuve du feu, de l'eau et des insectes nuisibles. Par ailleurs, c'est un matériel avec lequel il est facile de travailler car une fois sec il peut être découpé à l'aide d'une scie, taillé, nous pouvons y insérer des clous ou des vis et puisque le mélange AirCrete contient des bulles d'air (suite au mélange de ciment et de la mousse de savon) cela fait en sorte que le matériel est très léger et agit aussi en tant qu'isolant.

Préparatifs et emplacement du site

L'emplacement du futur orphelinat est à 40 minutes de marche du "centre" de Mazunte. Le chemin pour s'y rendre a été finalisé quelques jours seulement avant le début de l'atelier et on peut y accéder uniquement avec un véhicule 4X4 ou à pieds.

La tenue d'un atelier a nécessité énormément d'organisation de la part d'Agathe. Sans compter leur visite au mois de septembre, l'équipe d'Agathe est arrivée une semaine avant les participants afin de préparer le chantier, le camping, construire la fondation et poser le drain autour du dôme.

La fondation (inspirée Earthship) est construite à partir de pneus usagés (en fin de vie) compactés de gravier.
Par la suite, une poutre de liaison en ciment attache la fondation et le dôme.
Le sous planché est mit à niveau jusqu'aux pneus avec de la terre compactée. Nous ne voyons malheureusment pas sur cette image le drain français puisqu'il est recouvert de gravier. Pour vulgariser rapidement, la tranchée autour du dôme est légèrement inclinée d'un côté. Puis, le tuyau posé autour du dôme contient des trous sur la partie supérieure uniquement afin que l'eau puisse s'y introduire et être évacuée par le principe de gravité.



Notre blogue a comme objectif de documenter notre parcours et nos apprentissages afin d'inspirer d'autres personnes, s'il en faut, et susciter des discussions/débats. On vous invite fortement à poser des questions ou écrire des commentaires ci-bas. Donc, voici un récapitulatif des deux premières journées de l'atelier!

Jour 1

La structure du dôme est principalent constitué de briques, c'est pourquoi dès la première journée nous avons assemblé quatre moules afin de pouvoir y couler le mélange d'AirCrete. Ces moules qui ont été utilisées tout au long de la construction sont composés de planches en bois 2" X 4", d'attaches commandées sur Amazon et un sac-poubelle afin d'empêcher que le mélange s'échappe.

Moule à AirCrete complété
Les attaches sont situées aux 4 coins du moule
Voici le couteau pour couper les briques
Nous avons découpé les briques lors de la deuxième journée. Notre mélange n'était pas au point c'est pourquoi beaucoup de force a été nécessaire pour couper les briques, mais ce n'est normalement pas le cas.

La fenêtre

Le moule circulaire de la fenêtre est composé de planches de plywood très mince afin qu'elles puissent être arrondies, de tubes en métal et de vis. Notez, qu'il y a une partie extérieure et intérieure au moule où entre les deux nous avons coulé le mélange d'AirCrete.

Pour obtenir un cercle parfait, nous avons tout d'abord déterminé le diamètre de la fenêtre. Une fois décidée et à l'aide de la formule mathématique circonférence = diamètre * 3,14, nous avons obtenu la circonférence qui représentait la longueur du tube en métal à couper.

Une fois découpée, nous avons courbé le tube à l'aide d'une cintreuse dévéloppée par Domegaia et vendue sur leur commerce en ligne à un prix de 375$ USD… Il a bien été précisé lors de l'atelier de courber le tube peu à peu jusqu'à ce que les deux bouts soient joints car si nous manquions notre coup il est difficile de le courber dans l'autre sens.

Voici la cintreuse développée par Domegaia. Lorsqu'elle est propulsée par une perceuse elle courbe le tube en métal qui constituera la circonférence du moule de la fenêtre

Une fois les deux tubes courbés et assemblés, nous avons placé les planches de plywood afin qu'elles fassent le tour au complet. Finalement, nous avons répété le même processus pour la partie intérieur du moule de la fenêtre. Dans notre cas le diamètre du moule extérieur était de 69 pouces et celui intérieur de 59 pouces. Donc, l'épaisseur de la fenêtre était donc de 10 pouces. C'est la plus grosse fenêtre construite jusqu'à ce jour par Domegaia.

Remarquez que la planche de plywood ne fait pas le tour complet dans cette image car ce n'était pas complétée
Moule intérieur et extérieur complété.
Nous avons ajouté du tissu à l'intérieur du moule afin que le ciment ne colle pas aux planches de plywood
Coulée de ciment entre le moule intérieur et extérieur

Les briques en AirCrete

Maintenant abordons le sujet des briques AirCrete. La composition est un ratio précis d'eau, de savon et de ciment. L'eau et le savon sont mélangés par une machine créee par Domegaia dénommée Little Dragon nécessitant de l'éléctricité et un compresseur d'air afin d'obtenir une mousse avec la densité parfaite. La mousse est un des éléments clé du AirCrete. Donc, à l'aide d'une balance et d'un contenant d'un litre, nous nous sommes toujours assurés que la mousse générée par le Little Dragon pesait entre 90 et 100 grammes. Bien évidemment, nous avons soustrais le poid du contenant avant de peser la mousse.

Si les briques ne respecte pas ce ratio elles ne seront pas utilisables. Elle s'éfriteront avant même que vous puissiez faire quoi que ce soit. Nous avons perdu la moitié des briques la première journée. Nous ne savons pas encore si c'étais le ratio du savon ou si la génératrice ne produisait pas un courant assez constant pour le comprésseur d'air. C'est pourquoi, il est extrêmement important d'exécuter des tests avec l'équipement avant et tout au long de l'atelier en petite quantité surtout avant de passer en mode production intensive.

Une fois le poid/ratio idéal pour la mousse obtenu, la démarche à suivre était de couler le mélange dans le baril qui contenait l'eau et le ciment nécessaire et mélanger le tout à l'aide d'un mélangeur. Nous devions nous assurer de bien mélanger jusqu'au fond du baril pour que la densité soit homogène.

Lorsque le mélange était prêt, nous le versions dans les moules avec l'aide de deux ou trois personnes. Avant chaque versement, nous devions préalablement appliquer de l'huile végétale sur le plastique afin que les briques ne collent pas une fois sèches.

Finalement, la technique pour égaliser le mélange à la surface du moule n'est pas comme celle du ciment. Nous ne devions pas faire sortir l'air en agitant le mélange sinon le AirCrete serait complètement dénaturé. Plutôt, à l'aide d'un 2" X 4" et une personne de chaque côté simplement bien disperser le mélange quelques fois.

Jour 2

La première tâche accompli au jour deux était de couper les briques coulées la veille qui serviront aux premières rangées du dôme. En général, les briques atteignent leur solidité maximale après 28 jours. Il est tout de même possible de travailler avec celles-ci 24 heures après et c'est même recommandé car elles sont plus faciles à couper. Par contre, elles demeurent fragiles. Après avoir coupé et sorti toutes les briques des moules, nous les avons apporté près du dôme pour libérer les formes et recommencer à mixer et couler une nouvelle série. Couper les briques, nettoyer les moules, s'assurer du bon ratio de la mousse, mixer le mélange et en couler assez pour les quatre moules, nous prenait facilement un demi journée sinon plus. Par ailleurs, puisque le moule de la fenêtre était complété, nous y avons coulé le mélange.

Little Dragon

Une autre forme a dû être créée pour soutenir l'arche à l'entrée du dôme. Les matériaux et processus sont les mêmes que pour le moule de la fenêtre, par contre l'unique différence était la forme du tube de métal, car contrairement à la fenêtre circulaire, l'arche à besoin d'une forme parabolique.

Le placement des briques

La partie un peux plus amusante maintenant mettre en place le dôme! La première étape a été d'installer un compas à l'intérieur et au centre du dôme. Le compas est primordial car il a été notre guide pour placer les briques au bon endroit et au bon angle. Ainsi comme les briques conventionnelles, nous avons mouillé la surface à l'endroit où sera déposé la brique, ajouté du mortier et placé la brique à l'aide du compas. Pour la première rangée, nous avons placé un levier du côté intérieur dans le bas de la brique afin qu'elle soit légèrement inclinée vers l'extérieur. Pour aggrafer et maintenir les briques l'une à l'autre un "W" en métal était ajouté.

C'est tout pour les deux premières journées! Lisez la suite pour savoir comment le dôme prend forme!

Partager l'article!